Arrivée à Pointe à Pitre

Dans le sens métropole la Guadeloupe la journée est longue. Le voyage de 8h30 vous fait arriver à 15h en Guadeloupe en partant à 12h30 de Paris . Le temps s’etire

Dans le sens métropole la Guadeloupe la journée est longue. Le voyage de 8h30 vous fait arriver à 15h en Guadeloupe en partant à 12h30 de Paris . Le temps s’etire.

8h30 de vol tiens du wifi gratuit pour tous en mode messagerie sympathique

Contrôle covid à l’arrivée demande de test, assez paradoxal dans la mesur ou les même contrôle sont effectués au départ par les compagnies aériennes. Étrange monde.

Aéroport

Passons au courses Leclerc les prix pas nécessairement petit sur les légumes 🌶 venus de France, argentines, d’Espagne et d’Australie ce qui nous laissera pantois sur les capacité à faire local alors que local n’a plus de sens dans des régions où le tourisme est la principale richesse.

Anna revient me chercher sur le parking de Leclerc

Bon en fait de courses j’ai acheté des bières de l’eau 25 litres des boites de maïs riz pâtes œuf et quelques tomates. Des fruits locaux comme des petits ananas et c’est tout. Nous verrons demain comment compléter le tableau.

Direction la Marina pour la prise en main du bateau. Rien de spécial mais de nouveaux horizons si la météo le permet. Pourquoi ne pas faire un aller retour Martine via les saintes et retour sur la petite terre ? Bref une idée d’une promenade un peu sérieuse. En fonction de l’appétence de chacun j’aviserai plus la météo toujours pas prise

Tour du bateau de jour ici de nuit pour vous métropolitains

Bon le tour du bateau, la caution déposée il ne reste plus qu’à aller s’acheter des tongs au supermarché du coin (13euros) et de s’offrir une petite collation.

Le tipunch est une étape qu’étonnement je n’avais pas encore passée.
Le Yassa poulet citronné est bon. Les Gondwana est de bonne tenue

Voilà il manque des petits bouts: l’achat de tong, une Heineken fraîche, une valse hésitation autour d’un menu homard, le trajet du bateau à la capitainerie en annexe. Et puis le retour. Bon il faut que je rentre. À plus tard.

Oui c’est Ti

Il n'y a pas de faux départ

Really gone but not far today … just in Cenang 🙂 marin d’eau douce .. so autopilot not really work its not keeping the direction i’m probably un rigolo.. J’ai monté le raymarine même résultat.. pas possible de tenir un cap… je me suis résolu à utiliser le régulateur d’allure. Je pense partir direct pour la Thailande demain..
Les voiles ca va, à part la drisse de grand voile qui un peu au bout du rouleau, tout comme d’ailleurs le moteur qui a besoin d’être ménagé.

Quizas on the picture.. First trial

Ici, pas de vent à plus de 8 12 noeuds ici en cette saison. La voile est retapée pas fou comme réparation, la bande uv génois a été recousu mais c’est peu du grand n’importe quoi. Sans bimini il va faire très chaud.. Dans le prolongement de la bouteille de piment, Quizas à 300 mètres du bord.

Day 4 – Quatrième jour

Il faut savoir qu’ici le jour se lève vers 7 heures. Doucement la température passe d’agréable à troo chaud.

J’ai passé ma journée en quatre parties,

1- première partie confier les voile au sail maker du coin.

En fait rien n’était dans l’état experé une remise en état est nécessaire. Grand voile, genois à réparer. D’abord pour me sentir á l’aise, le bateau car est très simple mais très agréable. Une fois remis à niveau se va être un vrai bonheur.

2 – Baterries de services à remplacer, ce fut long et difficile mais j’ai réussi à la fin. Le Amel dispose de coffres super profonds, c’est bien mais pas hyper pratique lorsque il faut bricoler et que les câbles et la visserie sont trop courts.

3- Ensuite récupération du pilot e automatique pour 150 riggits soit 23 euros, même s’il ne s’agissait que d’une courroie déplacée ça valait leb coup et le coût.

Then take back of the autopilot for 150 ringgits or 23 euros, even if it was only a moving belt that was worth the cost and was worth it!

4 – Puis repos sur la plage et bière après 10 kilomètres en moto …

Enfin repas sur le bateau Nasi goreng pattaya et rhum orange.

Puis shower

Si tout se passe comme prévu demain je reare la pompe de douche et les toilettes et Lundi je récupère les voiles en etat et lets go to sail.

Pas de quoi se plaindre, tout va bien.

play

QuiZac

Sur le chemin des maldives.

On the phone to buy the Amel … Quizac a Kirk of 1975 with hull renovated in 2018. without boat it is less beautiful and especially I miss a little. The islands got the better of my reason and defeated my fears. To spend the next 5 months without a goal would have make me sad.

,On the phone to buy the Amel … Quizac a Kirk of 1975 with hull renovated in 2018.
In the end without boat it is less beautiful and especially I miss a little. The islands were of my reason and defeated my fears. To spend the next 5 months without a goal would have hurt me.
Au téléphone pour acheter le Amel…Quizac un Kirk de 1975 avec coque rénovée en 2018.
En définitive sans bateau c’est moins beau et surtout je m’ennuie un peu.
Les îles ont eu raison de ma raison et ont vaincus mes craintes.
Passer les 5 prochains mois sans but m’aurait peiné.

A jet ski round trip

Une journée à la plage…

Je sais c’est moche. 4 heures de jetski autour de Pulau Rebak Besar.

Départ de Chenang Beach tour de la petite ile.
Mon hôtel est à 14 kilomètres de la plage de Cenang d’où partent les tours.
J’ai marché deux kilomètres pour louer une “moto” 100cc vers Jetty point alors qu’il y en avait juste à côté de mon hôtel.
C’est 40 ringgit par jour et il faut le permis et le Passeport pour la location, contrairement à la Thailande.

[googlemaps https://www.google.com/maps/embed?pb=!1m18!1m12!1m3!1d3965.6754038309455!2d99.84954511476955!3d6.306307995435913!2m3!1f0!2f0!3f0!3m2!1i1024!2i768!4f13.1!3m3!1m2!1s0x304b80868177ddbf%3A0xdafca574750c16b9!2sKompleks+Jetty+Point%2C+Kuah%2C+07000+Langkawi%2C+Kedah%2C+Malaisie!5e0!3m2!1sfr!2sfr!4v1561064514054!5m2!1sfr!2sfr&w=600&h=450]

Après 14 kilomètres, j’arrive sur place et je me dirige vers la plage.

En définitive je sélectionne le tour B mais je ne le fait pas aujourd’hui…
Le retour du groupe précédent se fait attendre et la proposition de me mêler à un groupe sur un tour ne m’enchante pas.
Je ferais ca plus tard, il est 14h30 et le tour étant de 4 heures, je n’ai pas envie de rentrer trop tard.

Les méduses sont toutes petites et accompagnée de 2 3 poissons elles ne sont pas nombreuses reste à savoir si elles piquent, les dangereuses sont plus grosses ici c’est sûr et en règle générale signalées par un drapeau rouge

La chaleur est infernale sur la plage avant 16 h mais là baignade est parfaitement possible.

Yeepoon to Urangan

A l’aller rien nous sera favorable

[googlemaps https://www.google.com/maps/embed?pb=!1m18!1m12!1m3!1d1002062.2687683194!2d152.50905537308967!3d-25.62399947676079!2m3!1f0!2f0!3f0!3m2!1i1024!2i768!4f13.1!3m3!1m2!1s0x6bec811ea9aad4bd%3A0x500eef17f20f910!2sUrangan+Queensland+4655%2C+Australie!5e0!3m2!1sfr!2sfr!4v1560086263805!5m2!1sfr!2sfr&w=600&h=450]
Un trajet d’une traite nuit agitée puis journée sans vent pour terminer par une arrivée au petit matin à Yeeppoon
[googlemaps https://www.google.com/maps/embed?pb=!1m18!1m12!1m3!1d234830.22800101433!2d150.6255426690466!3d-23.12554792706562!2m3!1f0!2f0!3f0!3m2!1i1024!2i768!4f13.1!3m3!1m2!1s0x6bc2e64d5beb7591%3A0x500eef17f210e00!2sYeppoon+Queensland+4703%2C+Australie!5e0!3m2!1sfr!2sfr!4v1560086718989!5m2!1sfr!2sfr&w=600&h=450]

La voile le moyen le plus dispendieux de voyager gratuitement .

Bien après quelques milles, des baleines, dauphins , des vagues, des incidents divers, nous fatiguons un peu, je fini même par vraiment vouloir arrêter.
Les îles se gagnent, c’est probablement vraie. Mais le prix me paraît aujourd’hui trop important.
Tant d’effort pour si peu de récompenses et de bons moments. L’anxieté gâche mon voyage, si le vent, si la drisse, si le moteur, des si sans réponse qui  me scient le moral.

La nuit tout les bruits m’appellent, je ne profite pas du ciel pur et étoilé de la beauté de la mer, il faut agir.

Roy, depuis lady Musgrave où mon moral a été gravement atteint. Arriver dans le premier lagon du voyage et ne pas pouvoir y entrer car trop fatigué et trop anxieux et des conditions de visibilité trop mauvaise. Il faut accepter l’aventure et les risques pour cela il faut que je reprenne pied, impossible là sans une sérieuse reprise en main.

Puis retour à Yeepon, ça prend du temps et pas de repos, un moteur révisée , une montée au mât puis départ pour Départ pour Percy island.

En fait nous resterons deux jours autour de the Keppels, j’essaye la grand voile et la drisse mais la rupture de la polie par un force 5 avec des rafales de 25 noeuds m’ont fait perdre toute insouciance.Je passe ma journée dans ma couchette à me reposer.

Araignée sur percy Island

Le lendemain une promenade, un repas du vin , une discussion avec l’homme au bateau rouge et jeny sa femme me redonne de bôme au cœur.Il serait dommage de laisser tomber après avoir remonté toute la partie compliquée de la côte Est de l’Australie et alors  que j’arrive dans la partie  la plus intéressante… plus de barre, plus d’escale , un vent plus clément en dépit du fait que le vent dominant de nord à compter de début novembre n nous sera plus favorable.

La solution est dans le rétablissement de ma perception optimiste du monde, un peu de méditation, un peu en fait quelques heures et j’ai remis mon cerveau à l’endroit.

sur la route. percy

Il serait dommage de laisser tomber après avoir remonté toute la partie compliquée de la côte Est de l’Australie et alors  que j’arrive dans la partie  la plus intéressante… plus de barre, plus d’escale , un vent plus clément en dépit du fait que le vent dominant de nord à compter de début novembre n nous sera plus favorable.

Keppels

Puis on part, je réussi à convaincre qu’une nuit de navigation est plus raisonnable que de s’arrêter à l’ancre, une peur que je dois maîtrisée reste celle des vagues qui déferlent et avec le vent d’Est sur port Clinton se sera le cas.. Avec des courants  dues aux marées de printemps pouvant atteindre 6 noeuds je n’ai pas envie de m’y frotter dans des conditions inconnues.

Donc entre la zone d’exclusion et les vents, direction Percy island.

Il restera à naviguer par 15 20 noeuds de vents pour 10 noeuds annoncés’ le vent est permet de faire un près à 60 , de toute façon je vais bientôt découvrir que si je règle correctement les voiles Sagacious est particulièrement stable même avec rafales.

 Percy island .. the west bay … voir la suite


Sinon ça va aller il reste à revoir la drisse de grand voile qui après la montée au mât mérite d’être changée.



Araignée de soir espoir 


Garder le moral et se reposer 

Bon en fait c’est pas des vacances c’est du bon boulot…

Espace de formation.
Au vue de mes aventures n’hésitez à commenter et à me soutenir .. mēme sur la caisse de bord que je renommerais bien “vogue la galère”
Pascal à la voile sur les mers – Leetchi.com https://www.leetchi.com/c/ride2019

De la baie de Moreton à Fraser Island

Le programme devait être long mais monotone.
Il le fut long, pour la monotonie c’est moins sûr. Je vous laisse juge.
Le vent de Sud  devait être de force 1 à 2, il fut de force 5 dans une mer un peu dure et surtout avec un courant de malade, entre 3 et 6 noeuds.

Nous remontons donc contre le vent au pré .. Lors de notre arrivée à “Two Island point”, un orage arrive, impossible à éviter.

Cet Orage est court, mais c’est le premier en mer et à la tombée de la nuit. Visibilité moins de 5 mètres, rafales, trombe d’eau, foudre à quelques mètres du bateau. Nous nous réfugions dans la baie “Two Island point” et nous mouillerons dans de bonnes conditions avec 8 mètres d’eau à marée haute et une houle modérée de 1 mètres environ. Je n’ai pas pris de photos durant le grain, je me suis affairé à mettre la chaine d’encre autour du mat afin de faire “terre” pour le paratonnerre qu’est un mât.

L’orage s’éloigne

Départ au petit matin pour passer la barre de Wilde Bay, nous arrivons trop tard et le courant est à contre (marée descendante), pendant trois heures à 2 noeuds, erreur de jeunesse, nous avons le temps, il reste des légumes et la soupe est bonne.

Carottes et Choux et le soleil tape fort
Le Dingo et l’annexe

Puis Après une nuit tranquille aujourd’hui petite navigation avec départ toujours trop tard concernant la marée, navigation à contre courant avec un moteur peu puissant et sans vent.

On essaye d’aller voir un lac dans l’île mais nous n’aurons pas le courage au vue des 6 kilomètres à pieds même à 16 heures le soleil tape, la marée qui monte et qui est de 2 mètres d’amplitude, me préoccupe et mon genoux va mieux mais n’est quand même pas remis.

La route menant au Lac Mc Kenzie au centre de l’ile.
Je suis toujours avec la genouillère.

Au bout de 40 minutes aller, nous rebroussons chemin, 1h30 de marcha aller 30 minutes sur place et retour on ne sera pas de retour avant la nuit.

Pas vraiment envie de nager la nuit pour récupérer l’annexe.

Il y des arbres, pas d’animaux pour l’instant.

Le mouillage pour aller à Lake McKenzie.

[googlemaps https://www.google.com/maps/embed?pb=!1m18!1m12!1m3!1d115327.33595259833!2d152.94115548494742!3d-25.405505212212205!2m3!1f0!2f0!3f0!3m2!1i1024!2i768!4f13.1!3m3!1m2!1s0x0%3A0x0!2zMjXCsDI0JzE5LjgiUyAxNTPCsDAwJzQwLjMiRQ!5e0!3m2!1sfr!2sfr!4v1560931427823!5m2!1sfr!2sfr&w=600&h=450]
Le chemin de sable

Demain est une autre jour.
La plupart des gens préparent leur voyage dans les livres et les guides, d’autres, plus aventureux, voyage un peu plus à la dure en découvrant au fur et à mesure.
C’est assez inhabituel de nos jours et un peu stupide pensez-vous, seules mes rares rencontres et les dernières discutions avec Hector et les gardes cotes, pêcheurs et un vendeur me permettent de savoir ou je dois aller.
C’est ma façon d’appréhender l’aventure, l’idée était de ne pas m’auto-spoiler, je pense aujourd’hui c’est la meilleure façon d’apprécier les endroits visités, passer à coté de plein de chose, mais vivre sa propre expérience. C’est plus mystérieux, je redoute les Dingos, crains les courants, j’apprends aussi.
Roy de toute façon n’aime pas que je planifie, ou même que je lui raconte ce qui devrait se passait le lendemain. Ca tombe bien, je suis bien incapable d’avoir des certitudes sur ce que sera demain. Nous allons traverser des zones peu profondes (moins de 1,5 mètres à marée basse), rencontrer des courants qui s’inversent, j’ignore comment m’y prendre, je vais voir.

Suivez moi partager, j’ai vraiment besoin de votre soutien dans la partie immense et sauvage de ce segment australien, jolie, sauvagement venteux.

Je viens de la Méditerranée c’est mignon, la Méditerranée c’est sauvage, venteux et la mer peut être impressionnante ou violemment démontée. Mais rare expérience en bretagne et en Atlantique n’y font rien, ici l’inconnu est partout. Ici, mon ignorance aidant, le tout est multipliée par un coefficient que je ne sais pas évalué mais lui aussi doit être immense.

D’ailleurs who knows?
Le soleil, les plages, les étendus d’eau à perte de vue, le passage étroit dans une immensité d’étendu d’eau peu profonde avec des langues de sables mouvantes. Des crabes minuscules, tel un tapis volant à ras le sol, fuyant à votre approche. Magie des couleurs et frissons devant ces lieux inconnues que j’explore avec crainte. Je ne pensais pas que je pourrais avoir peur.

Video Frazer Island

Plage de Frezer Island
Plage 40 kilomètres (coté mer ici nous sommes coté intérieur)
Au loin l’autre rive.

Pour vous mieux comprendre l’endroit, je rajoute au retour la vue satellite Google Map qui vous permettra de zoomer dans la zone et de voir les bancs de sable.

[googlemaps https://www.google.com/maps/embed?pb=!1m18!1m12!1m3!1d82077.92200641944!2d152.96713892276816!3d-25.468113465514502!2m3!1f0!2f0!3f0!3m2!1i1024!2i768!4f13.1!3m3!1m2!1s0x6bec8fb61b1614bb%3A0xa9470dd59de734a9!2sLake+McKenzie!5e1!3m2!1sfr!2sfr!4v1560936382716!5m2!1sfr!2sfr&w=600&h=450]

Un jour deux nuits à Newcastle

L’accès au port et simple et notre arrivée avant le coup de vent de 22 heures c’est bien passée.

Impossible de trouver une bouée d’amarrage dans le port comme indiquer. La seule disponible est énorme et me semble pas faite pour un 43 pieds.


Bon , on ancre entre deux gros navires, un croiseur et une énorme goélette étrange. 
En deux tentatives c’est fait,, dîner à bord, 12 heures de navigation sans pause ça creuse. 


Soupe chinoise façon Roy .. c’est bon c’est chaud et épicé. Il est tard 22 heures30, le vent ce lève  les 30 noeud annoncés sont là. Nous ripons à vitesse grand V et nous nous rapprochons du croisseur un peut trop à mon goût  . La distance est stable mais comme le vent oscille de Nord à  Est , on risque de taper dans le croisseur pendant la nuit si l’ancre ripe à nouveau.
Il vaut mieux prendre de la distance ,  on remonte l’ancre, elle est coissée. Après quelques tentatives pour se dégager nous rendons les armes pour la nuit. La nuit se passe bien le bateau tien parfaitement. Au matin, il pleut, je n’est pas le courage de plonger, il fait 15 degrés et le vent est toujours à 20 30 noeuds .. pas envie non plus de sortir par ce froid et prendre l’annexe pour un de balade en ville.Ce sera préparation des étapes suivantes, la route et.longue et il faut être après Brisbane avant fin Octobre.
Vers 16 heures enfin le vent semble vouloir se calmer et dans ciel enfin les nuages se déchirent pour laisser place à quelques rayons de soleil… Ha, ici  la soleil ici c’est Uv 7 alors qu’en PACA c’est Uv 1  … donc  ça chauffe vite.
Je me décidé enfin  à plonger, je met ma combinaison 4 millimètres ça suffira, l’eau est de couleur  marron verte, pas très engageant comme baignade.  Il faut 15 à l’extérieur mais l’eau est à 17 degrés celsius, ça va. Avant de me lancer j’ai appelé la marina histoire de savoir si c’était possible sans danger, pas de crocodiles ni de requins, il faut juste faire attention au courant très fort. Je descend le long de l’échelle placée à la proue, ça va l’eau n’est pas trop froide avec la combinaison , descente le long de la chaîne d’ancre , à 5 mètres la pointe de l’ancre est gentiment passée dans une large boucle d’un câble d’amarrage en acier de 2 centimètres de diamètre.
Le bateau ne risquait pas de bouger, je glisse un l’orin dans la boucle avant de l’ancre afin de nous libérer une fois que je serais remonté à bord..
On met le moteur, je tire sur l’orin pour faire tourner l’ancre et la  libérer de la boucle. Ça marche nous voilà libres à nouveau, direction le ponton pour prendre du gasoil et de l’eau nous passerons la nuit à la marina, le ciel se dégage complètement, il est 17h il est encore temps de visiter Newcastle.